La Terre nous est étroite

(Performance)
Mahmoud Darweich

Conception et jeu Azzedine HAKKA

Mahmoud Darwich est la voix de la Palestine. Il est celui qui a forgé les chants de l’exil, celui qui a dit le temps suspendu et dessiné les rêves, les regrets, les désirs d’une identité irréductible. Il est aussi celui qui renouvelle tous les thèmes enracinés dans la langue arabe, usant de ce que l’on peut appeler une modernité harmonieuse, qui ne rompt pas avec la tradition, mais y puise juste assez d’énergie pour s’octroyer de nouveaux espaces : des espaces libres où la douleur se change en joie, et l’amour codifié en amour inspiré, sensuel, fervent.

« Aah si le jeune homme était de pierre… »
Que ne suis-je une pierre.

Faut-il, toutes les fois que deux yeux regardent dans le vide,
Que ces nuages me dispersent,
Nuages ?
Et toutes les fois qu’une oiselle égratigne un horizon,
Que je quête une idole ?

Faut-il, toutes les fois que luit une guitare,
Que mon âme cède
À son trépas dans l’écume des navires ?

Faut-il, toutes les fois qu’une femme se trouve femme,
Qu’un éclair, jailli de ma hanche, m’illumine
Et me consume ?

Faut-il, toutes les fois qu’une mauve se fane,
Qu’un oiseau pleure sur un rameau,
Qu’un mal m’atteigne
Ou que je m’écrie : Ô ma patrie ?

Faut-il, toutes les fois que les amandiers fleurissent,
Que je me consume en eux ?
Toutes les fois qu’ils prennent feu,
Que je sois fumée et mouchoir,
Que le vent du nord
Me déchire et que la pluie efface mes traits ?

« Aah si le jeune homme était de pierre… »
Que ne suis-je une pierre.

la-terre-nous-est-etroite-1